La moxibustion

Origine

Comme l’acupuncture, la moxibustion fait partie des plus anciennes formes thérapeutiques de la MTC. Au 17e siècle, l’Europe prit connaissance de la moxibustion grâce au livre du pasteur néerlandais Hermann Buschoff. Pendant ses activités à Taiwan et en Indonésie, il avait souffert de crises aigues de goutte que les médecins européens n’arrivaient pas à traiter. Ce n’est qu’après un traitement de moxibustion, pratiqué par un médecin vietnamien qu’il éprouva une amélioration de son état. Buschoff commença alors à étudier en détail cette méthode thérapeutique qui lui était jusque là inconnue. Aujourd’hui, ce procédé thérapeutique est aussi répandu que l’acupuncture et est utilisé par de nombreux médecins, acupuncteurs et thérapeutes de la médecine traditionnelle chinoise.

Moxibustion_3Définition

La moxibustion ou moxa est une des méthodes thérapeutiques de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) lors de laquelle les points d’acupuncture sont chauffés par de l’armoise en combustion qui peut être sous forme de cônes ou de bâtonnets.

 

Principes

Tout comme l’acupuncture, la moxibustion est basée sur les théories et les principes de la médecine traditionnelle chinoise. Cela comprend, entre-autres, l’idée que le corps humain est traversé par une force vitale ou une énergie vitale, le Qi, et que celle-ci circule dans des canaux bien définis, les méridiens. Les méridiens conduisent l’énergie vitale à travers tout le corps et créent ainsi une circulation énergétique qui relie les organes et les systèmes d’organes en entités fonctionnelles. Le flux d’énergie vitale peut être influencé par la stimulation des nombreux points d’acupuncture qui se situent sur ces méridiens. D’après la théorie chinoise, les maladies surviennent lorsque la circulation de l’énergie vitale dans le corps est dérangée ou interrompue. L’énergie vitale bloquée peut de nouveau être libérée par l’action de la chaleur produite par la combustion de l’herbe à moxa ou armoise, au-dessus de certains points d’acupuncture spécifiques. La moxibustion doit repousser le froid et libérer l’humidité des méridiens. D’après la conception occidentale, le traitement par la chaleur contribue à améliorer l’irrigation sanguine des tissus, à stimuler les fonctions organiques et à renforcer les défenses.

 

Moxibustion_4

Les effets thérapeutiques de la moxibustion

La technique peut être utilisée seule ou combinée au traitement par les aiguilles d’acupuncture. Les effets les plus communs sont de réchauffer lorsqu’il y a un syndrome d’Excès de Froid, de tonifier lorsqu’il y a un Vide de Yang ou à activer et de faire circuler le Qi et le Sang dans les Méridiens. La moxibustion permet de prévenir ou de traiter des problèmes tels que les douleurs rhumatismales, articulaires et musculaires, certains problèmes digestifs comme la diarrhée, et des troubles gynécologiques. On l’utilise fréquemment dans le traitement des personnes fatiguées ou atteintes de maladies chroniques afin de renforcer leur énergie vitale.

 

Les techniques d’utilisation

Il existe deux techniques différentes d’utilisation selon qu’on utilise du moxa en cônes ou en bâtonnets.
Les cônes. L’armoise sèche réduite en fins morceaux procure une bourre d’aspect pelucheux qui s’amalgame et se façonne facilement avec les doigts. Leur grosseur dépend du point à stimuler et de l’effet recherché. Les cônes sont généralement placés directement sur la peau, à l’emplacement d’un point d’acupuncture. Afin d’accroître l’effet tonifiant du moxa, une tranche de gingembre, d’ail ou d’aconit, préalablement percée, peut être glissée entre la peau et le cône.
Celui-ci est allumé à son sommet et se consume comme de l’encens en dégageant une chaleur uniforme à action prolongée. L’acupuncteur retire le cône lorsque le patient sent une intense sensation de chaleur, mais sans brûler la peau. On répète l’opération jusqu’à sept fois sur chacun des points d’acupuncture à stimuler. L’action thérapeutique des moxas en cônes persiste habituellement plus longtemps que celle des bâtonnets. Par contre, cette méthode comporte plus de risques de brûlure.

 

Moxibustion_5Les bâtonnets (ou cigares). Ils sont fabriqués à base d’armoise hachée et peuvent aussi contenir d’autres substances médicamenteuses. Pour utiliser les bâtonnets, il suffit de les allumer et de les tenir à quelques centimètres du point d’acupuncture à traiter ou de la zone à réchauffer. Le bâtonnet devra être maintenu au-dessus de la peau sans bouger ou le déplacer légèrement jusqu’à ce que la peau devienne rougeâtre et que la personne ressente une agréable chaleur. Une autre technique consiste à fixer une boulette de moxa sur le manche d’une aiguille d’acupuncture et à l’allumer.

 

Mise en garde

Certaines personnes seraient tentées de s’autotraiter.
La technique de moxibustion nécessite une formation préalable.
Comme tout médicament, il existe des contre-indications à cette pratique telles que des risques de mal dormir ou d’insomnie, de fièvre, d’aggraver une infection (bronchite, cystite, etc.) ou une inflammation (bursite, tendinite, colite ulcéreuse, etc.), ainsi que des dangers de brûlure s’il est mal employé. D’autre part, certains points sont interdits à la moxibustion. Nous vous conseillons de vous adresser à un praticien en lui faisant part de vos antécédents médicaux.

Moxibustion_6